Uxoricide

L’uxoricide est l’homicide commis sur la personne de l’épouse. Il apparaît banalement comme la réaction d’un jaloux soupçonneux et trahi, d’un mari abandonnée et qui venge davantage sans doute son amour-propre et la dépossession dont il est victime qu’il ne résout un conflit amoureux.

Lorsqu’il est conditionné par un état mental pathologique, il obéit exceptionnellement à un mobile « altruiste » (cas de certains mélancoliques anxieux, de certains paranoïaques) et se double alors, en général, d’un suicide.

Plus souvent, il se présente comme une phase d’un suicide à deux chez quelques passionnés délirants plus ou moins hypocondriaques, quelques intoxiqués romanesques. Ou bien encore, dans des états variés, il est l’aboutissement d’un conflit entre la volonté délirante du malade et l’opposition imprudente ou maladroite de l’entourage. Il peut se compliquer du meurtre des enfants, de l’incendie de la maison, etc.

On l’observe avec une fréquence particulière dans la pathologie mentale de l’indigène nord-africain (idées d’influence, d’empoisonnement, de complicité), chez ces sujets facilement hypocondriaques ou persécutés.

Mais il serait plus souvent encore inexplicable si l’on ne tenait compte qu’en règle générale, le recours à l’assistance médicale étant abusivement différé, l’épouse réalise la seule présence humaine auprès du malade pendant les heures anxieuses de la nuit et se trouve, par là même, dangereusement exposée aux raptus d’humeur et aux impulsions de toute nature.

Ch. Bardenat

femme fragile

« Fragilité, ton nom est femme ! » (William Shakespeare, Hamlet). Image : © Megan Jorgensen

Pour en savoir plus :

Partager|