Travestissement

Le travestissement consiste dans l’utilisation par un individu des vêtements qui distinguent ordinairement des personnages d’une condition sociale ou d’un sexe différents du sien.

Ce déguisement peut être adopté dans le but de cacher l’identité du sujet (cas de Savalette de Langues), ou de lui permettre la réalisation de certaines aspirations aventureuses. Les cas de Mme de Bennes (G. Lenôtre), de Marie Read, du chevalier d’Eon de Baumont, sont parmi les plus célèbres.

Ces éventualités appartiennent à la criminologie, à l’histoire ou à l’anecdote, rarement à la psychiatrie. Il en va de même du port illégal d’uniforme et de fraudes semblables commises par des escrocs ou quelques fanfarons.

Rappelons les effets de comique ou d’intrigue que le théâtre, la littérature tirent des travestis.

En pathologie mentale, le travestissement se rencontre dans divers ordres de faits.

Dans la mythomanie, la manie aiguë, il concrétise souvent l’activité de jeu ou l’ambition.

Dans certains délires chroniques, la paralysie générale, il souligne la transformation de la personnalité du malade.

Dans quelques états dépendant des anomalies sexuelles, apparentés parfois au fétichisme, le sujet, orienté dès l’enfance par des tendances héréditaires, soumis à des erreurs d’éducation, souffrant de complexe d’infériorité et peut-être de troubles endocriniens discrets, se laisse volontiers traiter comme un individu de sexe opposé et se pare des vêtements symbolisant ce sexe. Il se livre à ces parodies généralement à titre épisodique et plus ou moins en secret. D’autres fois, il en fait parade sous des prétextes de divertissement. Les exemples de l’abbé de Choisy, de Christine de Suède, de la Grande Catherine, entre autres, sont bien connus.

L’antiquité grecque, l’époque romaine décadente, ont laissé le souvenir de hauts personnages travestis. Il s’agit, le plus souvent, de débauchés et de vaniteux, mais aussi parfois d’individus aux frontières de l’homosexualité que l’on a pu qualifier d’ambigus (Viceneux).

L’adoption élective et habituelle du déguisement à caractère sexuel est le transvestisme.

Ch. Bardenet

mado

Le passé et le présent laissent le souvenir de hauts personnages travestis. Image : Mado © Megan Jorgensen

Voir aussi :

Partager|