Syndrome de Ganser

Syndrome décrit par un psychiatre allemand et qui a pour noyau principal le Vorbeireden (répondre à côte); le Vorbeihandeln (agir à côté); Nichwissenwollen (vouloir ne pas savoir).

Les malades, tout en montrant qu’ils ont entendu et compris, font, comme par parti pris, des réponses approximatives ou équivoques ou bien absurdes et discordantes aux questions même les plus simples et les plus élémentaires (Régis).

Ce syndrome a été primitivement rattaché aux états crépusculaires, (Daemmerzustand) avec obnubilation, amnésie et intégré dans le cadre de l’hystérie. Mais, en fait, cette conception n’est pas admise par tous les auteurs.

On le rencontre dans la schizophrénie; pour Nissl, il est un signe de négativisme rentrant dans la catatonie. Kiehen parle de simulation pathologique. Pour Kraepelin et H. Ey, il n’est pathognomonique d’aucune affection particulière; on le rencontre surtout dans les milieux pénitentiaires.

Nous l’avons observé dans certaines confusions mentales et dans l’évolution de certains processus organiques cérébraux. Le diagnostic est parfois délicat d’avec la simulation.

Ant. Porot

ganser syndrome de

« Toute douleur qui n'aide personne est absurde. » (André Malraux, écrivain et homme politique français (1901-1976)). Image : © Megan Jorgensen

Voir aussi :

Partager|