Suggestion

Réalisation, par l’intermédiaire d’un processus subconscient, d’une idée relative au domaine psychique ou physiologique propre du sujet.

Cette réalisation se trouve activée par une attitude particulière de l’attention (exclusive, monoïdéique), renforcée par tout effort contraire à la suggestion déclenchée (loi de l’effort « converti » de Baudouin), favorisée par l’émotion, la conviction, l’exemple de la même suggestion réalisée chez autrui, le sommeil, l’entraînement.

La suggestion n’est pas l’influence d’une personne sur une autre : elle se déroule dans le sujet lui-même et peut trouver sa source dans le moi conscient. Elle n’est pas non plus un automatisme, mais une activité inconsciente intelligente, adaptant des moyens à une fin. Elle est différente de l’acte volontaire, qui suppose l’effort conscient vert un but.  Son élément le plus caractéristique semble être une certaine modification de l’attention qui lui permet d’être exclusive, mais soutenue sans effort. Elle constitue une fonction psychophysiologique normale, existant chez tous les individus.

Avec Baudouin, on peut distinguer trois modalités de suggestion : la suggestion spontanée, la suggestion provoquée ou hétérosuggestion, la suggestion réfléchie ou autosuggestion. L’hypnose est une forme particulière de la suggestion provoquée, centrée sur l’idée de sommeil (voir Hypnose). La valeur pratique de la suggestion est, avant tout, d’ordre éducatif. Elle n’a sa pleine efficacité que dans la mesure où elle est suggestion réfléchie. Elle peut rendre des services considérables chez l’enfant et chez l’adulte, notamment dans les troubles mineurs de la mémoire et de l’attention, dans les carences de contrôle à l’égard de préjugés, de peurs, de colères, d’émotions, dans la timidité, les phobies, les mauvaises habitudes, les manies. Elle peut enregistrer des succès éclatants dans les troubles physiques fonctionnels d’origine névrotique : énurésie, constipation, dyspepsies, anorexie, impuissance, bégaiement, migraines, paresthésies viscérales. Par l’intermédiaire du système végétatif, elle a des effets incontestables sur des lésions organiques : ulcères, plaies atones, verrues. Dans beaucoup d’affections organiques, elle réduit considérablement leur retentissement fonctionnel.

Mais elle exige une méthode qui éduque le sujet à sa propre autosuggestion : elle le met alors à l’abri des dangers qu’on a objecté à l’hétérosuggestion (culture des automatismes, affaiblissement de la volonté).

Th. Kammerer

suggestion
« La suggestion consiste à faire dans l'esprit des autres une petite incision où l'on met une idée à soi. » (Victor Hugo).
Image : © Megan Jorgensen

Voir aussi :

Partager|