Quérulence

La quérulence est une réaction hostile et revendicatrice de certains sujets qui se croient lésés et considèrent qu’il y a sous-estimation dans l’appréciation du préjudice causé : de ce fait, ils passent facilement de la plainte à l’attaque, soit directement, soit en justice.

Les quérulents se recrutent volontiers parmi les excités constitutionnels querelleurs, mais surtout (ce qui n’est parfois qu’un stade plus avancé, parmi les revendicateurs, dont ils constituent le type clinique le plus démonstratif, comme aussi le plus fréquent.

Dans le premier cas, les réactions quérulantes sont plus variées, plus épisodiques, moins systématiques que dans le second : dans ce dernier cas, on peut individualiser plusieurs formes :

a) Dans la forme processive (manie processive, folie processive, délire des persécuteurs processifs, « paranoïa quérulence » des auteurs allemands), le sujet oriente tous les actes de sa vie vers la réparation du préjudice subi, intente des procès à ses adversaires, est rebelle à toute conciliation. Perd-il, il conteste l’équité des juges, dont il dénonce la corruption, la sincérité des témoins, la mauvaise foi de la partie opposée (sans reconnaître la sienne propre). Il multiplie les appels, enfle ses dossiers où s’accumulent invectives et calomnies, refuse de se soumettre aux décisions des tribunaux, s’opposant parfois par la virulence à la mission des huissiers (délires résonnants de dépossession de Régis).

b) Chez certains anxieux déprimés, la quérulence se manifeste dangereusement pour ceux qui leur donnent des soins.

Les hypocondriaques persécuteurs sont souvent des préoccupés de la région abdominale et tout spécialement de la sphère anogénitale (hémorroïdaires, hypospades, impuissants, etc.), dont les troubles plus ou moins réels, mais chroniques sont peu ou pas influençables par les thérapeutiques qu’ils exigent cependant du médecin dont ils assiègent les consultations. Ils rendent le praticien responsable de leurs mécomptes, attribuant ceux-ci à la négligence, à l’indifférence, à la malveillance, l’accusant de spéculer sur leur mal, de l’aggraver sciemment et, parfois, ils s’attaquent en dommages intérêts devant la Justice. On a décrit (De Clérambault) l’expectation passionnée, la passivité anxieuse, puis la déception et les revendications de plus en plus pressantes des malades et, enfin (Dupré), la vengeance sanglante qu’ils exercent souvent tardivement sur le médecin ou le chirurgien sans défense dont le seul tort est de n’avoir pas reconnu la gravité de l’état mental de leur client.

Ch. Bardenat

mujer querulente

Le quérulent est toujours orienté vers la réparation d'injustices et de dommages imaginaires. Image : © Megan Jorgensen

En apprendre plus :

Partager|