Hormé

Terme créé par Monakow et Mourgue, dans leur Introduction biologique à l’étude de la neurologie et de la psychopathologie, pour désigner la matrice des instincts. J. Delay résume ainsi la conception de ces auteurs : « Chez un être pourvu de système nerveux, l’instinct est une force propulsive latente issue de la hormé, qui réalise la synthèse des excitations internes avec les excitations externes en vue d’assurer l’adaptation de l’individu.

À partir de l’instinct formatif se différencient, d’une part la sphère des instincts et des sentiments qui en résultent, d’autre part la sphère de l’orientation et de la causalité. Mais, née d’une matrice commune, la sphère de l’orientation et de la casualité n’est nullement émancipée de l’instinct où elle puisse son dynamisme et sa capacité plastique.

Guiraud. De son côté, a repris cette notion de « hormé » en l’associant à celle de « thymie », en a poussé l’étude en profondeur, dans ce qu’il appelle le système hormo-thymique. On trouvera exposé ce point de vue, étayé du reste sur l’anatomie, la physiologie et les recherches expérimentales, dans sa conceptions bioneurologique qui a servi de préface et comme l’introduction à ses études de Psychiatrie clinique (librairie Lefrançois, Paris, 1956).

A. P.

instinct

« En art comme en amour, l'instinct suffit. » (Anatole France (écrivain français, né en 1844 et décédé en 1924). Image : © Megan Jorgensen

Voir aussi :

Partager|