Fausses reconnaissances

Désignation erronée de personnes, d’objets ou de lieux identifies à d’autres par suite de ressemblances superficielles ou même, parfois, sans aucune ressemblance. Cette fausse reconnaissance ou identification est due soit à une faiblesse de l’attention et du jugement, soit à une activité de jeu, soit à la fabulation ou à des évocations ecmnésiques.

Les fausses reconnaissances sont surtout fréquentes dans la manie aiguë où la dispersion de l’attention et la fuite des idées, une tournure d’esprit malicieuse et caustique, l’éréthisme sensoriel sont tels que les associations se font au gré des impressions superficielles et faussent l’identification. Ces fausses reconnaissances sont sans gravité sociale, et généralement, n’aboutissent qu’à des quiproquos et des scènes amusantes.

Les tendances imaginatives de certains sujets, la faiblesse de jugement de certains débiles les amènent souvent à soutenir des erreurs sur la personne, qu’il s’agisse de petites bouffées délirantes chez des débiles vaniteux ou des grands délires d’imagination du type décrit par Dupré, - délire de filiation en particulier.

Le confus, qu’il s’agisse d’un infecté ou d’un intoxiqué, fait également de nombreuses erreurs perceptives et souvent de fausses reconnaissances; il transporte sur les visages ou les objets qui l’entourent les productions de son onirisme ; il peut résulter de ces illusions des conséquences dramatiques : terreur anxieuse, fuite éperdue, défenestration, réactions de défense tragiques.

Dans le syndrome de Korsakoff et la presbyophrénie, les fausses reconnaissances sont courantes, s’intégrant dans la confabulation qui est un des éléments caractéristiques de ces états.

Enfin, certains délirants chroniques, interprétateurs, se plaignent d’être mystifiés sans arrêt ; tout pour eux est truqué : les personnes se substituent les unes aux autres, les « éclairs de ressemblance » aboutissent à de fausses identifications; les gens sont même modifiés en sosies. Ces fausses ressemblances sont dues à une concentration de l’attention sur une petite particularité. On peut facilement comprendre alors la gravité de telles fausses reconnaissances chez certains délirants persécutés qui n’hésitent pas à se faire justice eux-mêmes.

P. Leonardon

fausse reconnaissance

Les fausses ressemblances sont dues à une concentration de l'attention sur une petite particularité. Photo : Univers.GrandQuebec.com

En apprendre plus :

Partager|