État crépusculaire

État pathologique transitoire caractérisé par une altération de la conscience, et souvent par la conservation d’une activité relativement coordonnée.

L’état crépusculaire est étroitement apparenté à la confusion mentale, dont il n’est souvent qu’une variété évolutive, caractérisée par sa brièveté (de quelques instants à quelques jours). L’obnubilation confusionnelle apparaît lorsqu’il est possible d’interroger le malade pendant la durée de ses troubles ; elle peut être plus ou moins accentuée ; elle laisse après elle persister une amnésie lacunaire, parfois incomplète. Il peut exister en outre des modifications qualitatives de la conscience : organisations délirantes ou hallucinatoires proches de l’onirisme, mais entraînant en général une adhésion moins complète du sujet. L’état affectif peut être profondément troublé par l’exaltation ou par l’angoisse. Il en résulte alors un état d’agitation plus ou moins désordonnée. Dans d’autres cas, l’activité émotionnelle reste assez neutre et le comportement du sujet, ses actes, ses discours peuvent, à première vue, sembler normaux si l’obnubilation est peu accusée ; à un examen plus approfondi, on constate cependant leur caractère d’automatisme. Ils ne sont pas en harmonie complète avec la personnalité habituelle, en continuité logique avec la vie du malade pendant la période qui a précédé l’accident ; parfois, ils apparaissent franchement anormaux (actes bizarres ou incongrus, fugues, réactions d’agitation, crimes, délits).

Les états crépusculaires peuvent être causés par des toxi-infections passagères (crises de paludisme), par l’hypogrlycémie (adénome pancréatique), ou par des émotions violentes, généralement chez des sujets prédisposés ; ils représentent une forme fréquente des paroxysmes mentaux de l’épilepsie.

Du point de vue médico-légal, un état crépusculaire, lorsque son existence peut être établie de façon certaine, entraîne l’irresponsabilité pour les actes commis pendant sa durée (voies de fait, attentat aux mœurs, désertion en temps de guerre, etc.)

état crépusculaire

C'est triste, voir sa conscience altérée… Image : © Megan Jorgensen

J.-M. Sutter

Voir aussi :

Partager|