Bouderie

Forme mineure de l'hostilité réduite au négativisme conscient et volontaire (mutisme, « moue », refus du regard, neutralité des traits) ; cette attitude est le plus souvent élective pour une personne ou un groupe donné ; elle peut être considérée comme une rupture délibérée de la sympathie, consécutive à une blessure affective ressentie comme une injustice. Le sujet, «vexé», se réfugie dans la « mauvaise humeur », sûr d'avoir la justice pour lui mais, conscient de l'inutilité ou de l'impossibilité d'une défense rationnelle, il tient à manifester son auto-justification sur le plan affectif. Il y a donc souvent un sentiment d'infériorité à l'égard de l'agresseur.

Formes cliniques. - 1. D'une manière générale, la bouderie est une phase régressive qui succède à la colère et persiste jusqu'à la reprise d'un contact affectif normal avec l'agresseur. Elle peut être aussi une colère larvée, inhibée en raison de circonstances extérieures. Ce sont là des phénomènes normaux, plus ou moins intenses selon le caractère du sujet.

2. Chez l'enfant, il y a deux âges de bouderie : le premier entre 3 et 4 ans, au moment où se développent la conscience du moi et les relations de sympathie avec autrui ; l'enfant réagit vivement à certaines mesures répressives de ses éducateurs ; des états de bouderie prolongés et intenses peuvent marquer, dès cet âge, le début de névroses, de schizophrénies ou de démences infantiles. La deuxième phase se situe la période prépubérale, où l'affectivité subit une évolution considérable : ici encore, la bouderie peut dépasser les limites du normal et constituer l'indice d'une évolution schizotique.

3. Chez les schizoïdes, on peut voir apparaître des bouderies prolongées et immotivées - du moins pour le spectateur objectif - avec mutisme, isolement, négativisme à l'égard du milieu familial. Ces états peuvent vent se dissiper et se reproduire périodiquement : c'est un type de schizomanie.

Dans des cas plus graves, la bouderie n'est qu'une forme de début de la schizophrénie au refuge dans une apparente mauvaise humeur, succèdent un autisme et un négativisme irréversibles, qui se généralisent à tout le monde extérieur.

4. Chez les délirants chroniques, les revendicateurs et les quérulents surtout, méfiance et la susceptibilité morbides occasionnent de fréquents états de bouderie qui n'ont, en général, aucune signification évolutive.

Th. Kammerer

bouderie

« La bouderie en amour est comme le sel ; il n'en faut pas trop. » (Proverbe sanskrit). Image : © Megan Jorgensen

Lire aussi :

 

Partager|