Association des idées

Phénomène psychologique par lequel une idée occupant le champ de la conscience en le automatiquement une ou plusieurs autres.

C'est par une extension abusive de la 'ion d'association des idées que l'on applique parfois ce terme à des  modes d’évocation ne présentant aucun caractère ; automatisme, ce qui conduit à une conception «associationniste» de toute l’activité mentale (Hume et les empiristes anglais).

Chez le schizophrène, elles amènent dans le discours des idées sans connexion apparente avec le motif principal de la phrase, donnant une impression de «pensée abrupte», de bizarrerie souvent impénétrable ; elles sont également sujettes à de brusques interruptions, réalisant alors le phénomène caractéristique du «blocage». Bleuler considérait cette atteinte de la 'onction d'association des idées comme l'un des symptômes cardinaux de la schizophrénie.

Le plus souvent, le trouble de l'association des idées apparaît comme secondaire à d'autres altérations psychiques: il en est ainsi dans certains délires à forte charge affective où elles sont polarisées par l'état passionnel, aboutissant à des interprétations pathologiques systématiques: les faits les plus insignifiants ramènent alors, dans le champ de la conscience, le thème délirant essentiel et lui sont aussitôt incorporés. Dans les états maniaques, s'observe la fuite des idées: ici, la défaillance du contrôle psycho-affectif général laisse apparaître l'automatisme des associations, leur formation par contiguïté ou par ressemblance, caractères normaux des phénomènes associatifs, mais qui, habituellement, sont freinés ou disciplinés par les instances supérieures du psychisme.

Les associations d'idées sont largement utilisées pour l'exploration de l'inconscient, dont elles subissent manifestement l'influence.

J.-M. Sutter

gothic art

« Une idée qui n’est pas dangereuse ne vaut pas la peine d’être appelée idée. » (Elbert Hubbard, écrivain américain). Image : © Megan Jorgensen

Voir aussi :

Partager|