Accoutumance

Phénomène biologique qui permet à l'organisme de s'adapter progressivement à certaines substances toxiques et à en tolérer des doses quotidiennes qui seraient mortelles pour un organisme vierge. C'est ainsi que certains morphinomanes et héroïnomanes peuvent supporter des doses 200 à 300 fois supérieures à la dose mortelle.

Ce phénomène est à la base de toutes les toxicomanies. La rançon de cette tolérance est, en effet, l'état de besoin impérieux dans ses appels pour le renouvellement de la drogue. Comme l'ont très bien dit Dupré et Logré : « L'habitude toxique est devenue un élément presque indispensable du métabolisme vital. Dans une sorte d'engrenage psycho-physiologique, le poison après avoir attiré par le plaisir, retient par la douleur ; le piège s'est refermé sur sa victime. »

L'organisme qui s'est créé un nouvel équilibre physiologique lance des appels de détresse qui vont du simple malaise inquiet aux accès d'anxiété les plus atroces avec désordres neuro-végétatifs de toute nature pouvant, dans les cas extrêmes, mettre la vie en danger.

Le mécanisme biologique de l'accoutumance, malgré de nombreuses recherches expérimentales, n'a pas été complètement élucidé et l'on a mis en avant de nombreuses hypothèses. Sicard avait établi qu'il ne s'agissait pas d'un phénomène assimilable à l'immunité (pas d'anticorps). On a, tour à tour, invoqué l'hyposensibilité de la cellule nerveuse, les modifications du pH sanguin, les alternances du régime vago-sympathique, la transformation de la substance toxique en une autre tolérable (dioxy-dimorphine) ; tous ces éléments contiennent une part de vérité, mais n'ont pas complètement expliqué cette réalité clinique curieuse et paradoxale.

Ant. Porot

emperess

« Savez-vous quel est le plus sûr moyen de rendre votre enfant misérable ? C'est de l'accoutumer à tout obtenir. » Jean-Jacques Rousseau. Image : © Megan Jorgensen

Lire aussi :

Partager|