Canal du Panama

Dès le début du XVI siècle, l’isthme du Panama est colonisé par l’empire espagnol qui y ouvre de grandes routes marchandes pour l’or et l’argent provenant du Pérou. Depuis lors, les Espagnoles rêvent à creuser un canal pour relier les océans Atlantique et Pacifique.

La construction du canal du Panama ne débute cependant qu’en 1881. Ce sont des banquiers et hommes politiques français qui développent le projet sous l’influence du grand succès du canal de Suez. Avec Ferdinand de Lesseps à la tête, ils fondent alors  la Compagnie universelle pour exploiter le canal, mais en 1888, l’entreprise fait faillite et les travaux s’arrêtent.

En 1904, les Américains reprennent les travaux (non sans avoir créé, en 1903) la République du Panama qu’ils font séparer de la Colombie par une révolte, le 3 novembre 1903, afin de s’en assurer la souveraineté et les droits sur le futur canal. En fait, les travaux de la construction du canal reprennent grâce à la pression, au financement et à la technologie américaine.

En 1914, le canal est ouvert. Le premier navire à passer le canal est alors le « Ancon » et dès lors, le Panama est traversé par le canal de Panama qui permet d’aller par bateau de la mer des Caraïbes dans l’océan Atlantique jusqu’à l’océan Pacifique et inversement, sans contourner l’Amérique du Sud par le Cap Horn. Ainsi, le canal offre un gain de temps considérable pour les transporteurs maritimes (le trajet dure de huit à dix heures).

Long de 79,6 kilomètres, le canal interocéanique est composé de trois jeux d’écluses (celle de Miraflores comporte deux chambres inversées, celle de Pedro Miguel se compose d’une seule chambre, celle de Gatún comporte trois chambres dénivelées).

En 1978, on annonce que le canal et la Zone du canal de Panama seront pourtant rendus au Panama, à la suite des Traités Torrijos-Carter signés après de longues pourparlers entre le Panama, représenté par son président et homme fort, le général Omar Torrijos et les États-Unis.

Lors d’un référendum, tenu le 22 octobre 2006, les Panaméens ont décidé d’agrandir le canal, pour faire face à la hausse du trafic et rester compétitifs sur le transbordement.

cerro_ancon

Colline Ancon qui surplombe le canal. Le drapeau du Panama s'y dresse. La construction du canal de Panama, a été d'une grande utilité pour le développement de l'économie du pays et de ses infrastructures. Considéré comme le plus bel ouvrage d’ingénierie de l’histoire, l’idée du canal était : relier l’Atlantique et le Pacifique en creusant une colossale tranchée traversant tout le continent. Sa réalisation a permis de raccourcir les distances et, surtout, d’ouvrir de nouvelles voies commerciales plus rapides. Photo : © Univers.grandquebec.com

administration

Siège de l'administration du canal. Au total, environ 3000 personnes desservent cette route interocéanique. Depuis la mise du canal en service, en 1914, les bateaux n’ont cessé de parcourir cette distance de près de 80 kilomètres qui séparent la ville de Panama de la ville de Colón. Photo : © Univers.grandquebec.com

ecluses miraflores

Secteur des écluses Miraflores qui renferme un Musée des Ciences naturelles, qui est une exposition dédiée à la richesse du monde aquatique du canal. Pour mieux en connaître le fonctionnement, ne manquez pas de visiter ces écluses. Intercalés entre le canal et la mer, ces gigantesques compartiments permettent d’élever les navires de 26 mètres au-dessus du niveau de la mer jusqu’au niveau du lac Gatún où ils peuvent enfin naviguer. Photo : © Univers.grandquebec.com

centre miraflores

Centre de visiteurs Miraflores. Un train y est exposé. Près de 200 trains semblables ont transporté des roches et la terre excavée tous les jour. Photo : © Univers.grandquebec.com

centrale thermoelectrique

Située à côté des écluses Miraflores, cette centrale thermoélectrique qui assure le bon fonctionnement des écluses. Photo : © Univers.grandquebec.com

deversement des eaux

Photo : © Univers.grandquebec.com

nature du canal du panama

Les forêts tropicales, abritant la plus dense population d’oiseaux au monde ornent les berges du majestueux Canal de Panama. Photo : © Univers.grandquebec.com

administration du canal du panama

Édifice de l’ACP (Administration du Canal du Panama, organisme qui gère le canal). D'après l'ACP, les retombées économiques générées sont élevés. Mais l’agrandissement du canal à un jeu de trois écluses s’impose car le trafic de conteneurs est en constante augmentation, de plus le canal existant ne peut plus absorber le flux incessant de navires. L’élargissement va permettre aux bateaux à fort tirant d’eau et à grand tonnage de ne plus faire de détour et donc de gagner du temps. Il permettra un gain de temps énorme, ce qui permettra d’engranger plus de profit.  Photo : © Univers.grandquebec.com

pont des amériques

Des milliers de navires transitent par le canal tous les jours. Le canal a été nommé l'une des sept merveilles du monde moderne par l'American Society of Civil Engineers. Le projet d'ingénierie le plus grand et la plus difficile jamais réalisée, il permet d'économiser une distance de 8000 miles nautiques ou près d'un mois de voyage en mer entre les deux océans. Photo : © Univers.grandquebec.com

monument ouvriers

Monument aux ouvriers qui ont construit le canal, installé près du passage des Bovedas, dans le quartier du Casco Antiguo. Photo : © Univers.grandquebec.com

Partager|