Naître avec le soleil

Une sculpture créée par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador.

L’imaginaire collectif des Premières Nations est peuplé d’êtres zooanthropiques. Ici, le père-oiseau rend hommage à l’univers céleste et spirituel, alors que la mère-ourse sème les traces du futur sur cette terre. Ils le font pour leur enfant, qui se souviendra de ses origines et grandira avec tous les êtres de sa parenté. Leur canot est un monde nouveau rempli d’espoir et de rêves à répandre dans les quatre directions de notre terre.

Ces personnages mi-humains, mi-animaux prennent la vedette dans cette œuvre conçue par Christine Sioui Wawanoloath.

L’artiste explique que les légendes autochtones foisonnent de métamorphoses qui nous transportent aux débuts du monde.

En guise d’explication pour les origines tribales et claniques, les diverses légendes de la mythologie amérindienne proposent souvent l’idée que les ancêtres seraient des ours métamorphes. Ces animaux fantastiques auraient été en mesure de retirer leur peau afin de prendre une forme humaine, les mâles allant même, dans certains récits, jusqu’à épouser des femmes humaines sous cette apparence. Leur progéniture pouvant hériter d’une partie de l’anatomie de ces animaux, les enfants pouvaient être très beaux, mais, selon les versions, être dotés d’une force étrange, ou être métamorphes eux-mêmes.

Notons finalement que la croix était connue des peuples autochtones bien avant l’arrivée de l’homme blanc sur leurs terres. Chez eux, elle porte le nom de «quatre directions», de «croix solaire» ou de «roue de médecine» et symbolise toutes les manifestations visibles et invisibles de la création.

naitre avec le soleil

Les légendes autochtones foisonnent de métamorphoses qui nous transportent aux débuts du monde. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

indians

La croix porte le nom de «croix solaire» ou de «roue de médecine» et symbolise toutes les manifestations visibles et invisibles de la création. Photo : © Lucie Dumalo

Partager|