Le grand saut

C’est la grenouille Gopher qui fait partie de l’œuvre que présente la ville d’Atlanta aux Mosaïcultures. Sont également représentées la grenouille marsupiale, la grenouille léopard et la grenouille lémur. Cette dernière vit dans les arbres.

Sur notre planète, on trouve des grenouilles de toutes les tailles. La plus petite au monde a été découverte en 2012 en Papouasie-Nouvelle-Guinée et fait 7 mm de long. La plus grande, la grenouille Goliath, trouvée au centre de l’Afrique. À lui seul, son corps est long d’une trentaine de centimètres.

L’œuvre le Grand saut a été réalisée par l’État d’Atlanta, des États-Unis. Elle représente une grenouille, un être fragile. On est au courant que comme pour tous les amphibiens, les populations de grenouilles sont en déclin partout sur la Terre.  En effet, notre planète abrite environ 4740 espèces de grenouilles. Selon l’Union internationale de conservation de la nature (UICN), près de 1900 de celles-ci seraient en danger d’extinction. Depuis 1980, près de 120 espèces de batraciens se seraient éteintes. En temps normal, une espèce devrait être frappée d’extinction tous les 250 ans.

La pollution par des produits chimiques,  la destruction de leur habitat, la détérioration de la couche d’ozone et une certaine maladie causée par un champignon, la chytidiomycose, sont au nombre des causes qui menacent d’extinction de plus du tiers des espèces.

Pour contribuer à sauvegarder l’une d’elles, la grenouille « Gopher », le Jardin botanique d’Atlanta a amorcé un programme de réinsertion de cette grenouille dans une aire protégée.

Depuis 2007, pas moins de deux mille de ces batraciens ont été relâchés dans la nature.

frog de montreal

La grenouille Gopher fait partie de l’œuvre que présente la ville d’Atlanta aux Mosaïcultures. Photo : © Lucie Dumalo

Partager|