Coexistence

Conçue et créée par la Ville de Busan, située à l’extrémité sud-est de de la Corée du Sud, la sculpture Coexistence évoque de manière symbolique le paysage de cette grande ville portuaire.

Busan est une ville péninsulaire qui a parmi ses priorités l’harmonie entre développement et conservation des valeurs. Cette préoccupation est très importante et repose sur une philosophie voulant que Busan soit compatible avec la nature et que cette ville intègre la nature elle-même.

La sculpture présente un homme en costume traditionnel qui exécute la danse de la grue du Dongnae (Dongnae-Hak-chum).

L’homme imite les mouvements de la grue, ce qui met en lumière l’interaction entre les êtres humains et la nature du passé.

Fluide et poétique, la danse de la grue est régulièrement présentée par les meilleures troupes de danse de Corée. En fait, très ancienne, la danse de la grue du Dongnae est exécutée par des danseurs vêtus des costumes coréens blancs dont la tunique aux larges manches imite les ailes de la grue. Grâce au développement durable, on trouve encore dans la ville toute une variété d’habitats d’espèces comme cette grue. Le pont Gwangan, que l’on distingue à l’arrière de la Coexistence, est le symbole de la ville de Busan et de sa modernité.

danse coréenne

La coexistence entre tradition et modernité et entre l’Homme et la nature est une réalité de la ville de Busan et le demeurera. Photo : © Lucie Dumalo

chapeau noir

Le chapeau noir que porte le danseur évoque la tête de l’oiseau. Photo : © Lucie Dumalo

grue de corée

Parmi les quatre espèces de grues qui transitent par la Corée au Sud au cours d’une des étapes de leur migration, on compte la grue du Japon, une espèce menacée par l’activité humaine. © Lucie Dumalo

coexistence

La zone démilitarisée à la frontière de la Corée du Sud et de la Corée du Nord sert notamment de sanctuaire pour ces oiseaux, ainsi que pour les grues à cou blanc. Photo © Univers.GrandQuebec.com

Partager|