Daugava

D’une longueur totale de 1020 kilomètres, le fleuve Daugava coule en Lettonie, en Biélorussie et en Russie, mais c’est en Lettonie que ce cours d’eau est vénéré comme l’un des symboles historiques du pays, le patrimoine naturel d’un peuple qui a toujours été considéré comme « le don du fleuve ». Le fleuve est profondément ancré dans la mythologie et les pratiques culturelles lettonnes. Ses eaux ont inspiré nombre de rites et croyances du peuple letton.

Le Daugava prend sa source en Russie, dans les collines de Valdaï, pour se diriger vers le sud, mais près de la frontière de la Russie et la Biélorussie, le fleuve change de direction pour suivre son cours vers l’ouest. Après un long parcours à travers ce pays, le Daugava aborde le territoire de la République lettone sur lequel il parcourt une distance de 355 kilomètres.

Le fleuve traverse quelques-unes des villes les plus importantes de la Lettonie, dont Daugavpils et Riga, la capitale de la république, pour se jeter dans la mer Baltique au niveau du golfe de Riga.

Historiquement, le Daugava a représenté dès le VIIIe siècle la voie principale d’échanges marchands entre les peuples scandinaves, notamment, les Vikings, et les pays de l’Orient, suscitant les appétits des peuples riverains de la mer Baltique. En effet, les Allemands, les Danois, les Suédois, les Polonais, les Russes ont essayé tour à tour d’occuper le bassin de ce cours d’eau.

Les Allemands ont réussi à s’implanter à l’embouchure du fleuve, où ils ont fondé la ville de Riga qui a été enrichie plus tard par la Hanse grâce au Daugava, cette voie de communications avec la Russie et l’Orient, cet axe du développement du pays.  A partir du Xe siècle, le port maritime de Riga devient un carrefour le plus important du commerce, notamment du transport du bois, sur tout le littoral est de la mer Baltique.

Au cours du XXe siècle, trois grands barrages hydro-électriques ont été érigés sur le Daugava, modifiant le paysage de la vallée du fleuve autrefois encaissée.

En 1985, la construction d’un quatrième barrage sur le fleuve est amorcée, mais un vaste mouvement de résistance naît alors au sein de la société : biologistes, hydrologues, ingénieurs, économistes, intellectuels, l’ensemble des riverains s’associent pour protester contre le projet. Les protestations aboutissent à l’abandon du projet et contribuent à la naissance et au développement  pour l’indépendance de la Lettonie.

Il existe en Lettonie le musée du fleuve Daugava, fondé en 1969 pour accueillir un grand nombre d’artefacts, résultats des retrouvailles des fouilles archéologiques réalisées à l’occasion de la construction des barrages, notamment du barrage de Riga. Ce musée a été situé sur l’île de Dole, devenue une presque-île après la mise en eau de la centrale de Riga. Le musée de la Daugava organise de nombreuses activités éducatives, dont des expositions consacrées à la pêche qui mettent en valeur les riches collections sur les outils de pêche.

Plusieurs pistes cyclables sillonnent les berges du fleuve et des promenades en bateaux le long du Daugava sont très populaires.

daugava

Daugava divisé en deux cours par l'île Zakusala (île de Lapin). Photo : © Zvi Kaplan

bateaux sur daugava

Bateau de promenade sur le fleuve. Photo : © Zvi Kaplan

pont du daugava

Pont de la Pierre qui relie les deux parties de la ville. Photo : © Zvi Kaplan

Pour en apprendre plus :

Partager|