La Citadelle ou Tour de David

L’entrée principale de la vieille ville de Jérusalem est la porte de Jaffa qui s’ouvre sur la Citadelle ou tour de David. Cette tour fut érigée par Hérode (et non par David!), autour de trois tours qu'il baptisa du nom de sa femme Myriam, de son frère Phasaël, et de son ami Hippicos.

Le mur se prolonge sur 15 mètres au-dessous du niveau du sol. Par une raison stratégique, Titus épargna l’édifice lorsqu'il incendia Jérusalem. Plus tard, les Mamelouks et le renforcèrent. En 1635, Soliman y ajoute le célèbre minaret.

Au nord, s’élève l'arche principale du complexe. Cette arche porte le nom du capitaine Charles Wilson, un explorateur britannique du XIXe siècle. On est d’avis que l’arche Wilson constituait le support d’un pont piétonnier reliant la colline du Temple à la ville haute. Au-dessous de cette arche se trouve un fossé, creusé par sir Charles Warren.

Il y existe des projets d’abaisser le sol de l’esplanade afin d’exposer le Mur dans toute sa grandeur. Enfin, il s’agit-là d’une tâche complexe et délicate qui pourrait, selon les estimations, exiger de nombreux ans de travaux.

Le chantier archéologique méridional, à l’autre extrémité du Mur, a permis de mettre au jour un grand escalier et l’arc de Robinson dont le nom rappelle Edward Robinson, un archéologue américain, responsable de sa découverte au XIXe siècle. On a également découvert les vestiges de bains de purification et d’autres édifices datant de l’époque du Temple.

Ici se trouve le tombeau du roi David, qui fut aussi transformé en mosquée en 1524. Cette tombe représente un nouvel exemple d’un site traditionnel qui ne correspond pas à la réalité historique, le roi David ayant vraisemblablement été enterré à l’intérieur des murs de sa cité.

Quoi qu'il en soit, le cénotaphe du roi David, avec son plafond voûté et la lueur vacillante des chandelles, est empreint d’une aura de sainteté.

Notons en passant que les archéologues et les historiens prétendent que ni la via Dolorosa (voie Douloureuse), ni aucun autre site majeur que nous voudrions aujourd’hui associer aux événements de la Crucifixion ne correspondent à la réalité historique. Même la via Dolorosa que nous traversons ne fut pas celle qu’emprunta Jésus il y a deux mille ans. Il existe néanmoins un ancien chemin enterré quelque part sous le niveau actuel. D’ailleurs, la voie actuelle a été marquée par des siècles de respect et de vénération.

citadelle tour de david

La tour a été transformée en une mosquée. Photo : © Zvi Kaplan

arche tour de david

L'une des arches de la Citadelle. Photo : © Zvi Kaplan

murs de la tour de david

Les murs de la Tour de David. Photo : © Zvi Kaplan

fouilles archéologiques de la tour de david

À côté de la colline du Temple, un réseau de fouilles archéologiques s’étend jusqu’aux murailles de la vieille ville de Jérusalem et jusqu’à la porte des Immondices (c’est par cette porte qu’aux époques romaine et byzantine la population de la ville jetait ses ordures). Photo : © Zvi Kaplan

tour david en miniature

La Citadelle en miniature. Photo : © Zvi Kaplan

Partager|