Le Mur occidental

(description)

Les grandes marches de pierre, au bout de la rue Tiferet, conduisent au site le plus important des Juifs. Il s’agit du HaKotel Ha’Ma’aravi, le Mur occidental, ou mur des Lamentations.

À toute heure du jour et de la nuit, un flot ininterrompu de pèlerins et de touristes déferlent sur les marches. On entend le murmure fervent des étudiants de la yeshiva Porat Yosef, la plus grande école talmudique du quartier juif de Jérusalem. Sa reconstruction est l’œuvre d'un architecte de renommée internationale, Moshe Safdie.

En bas, à gauche de l’escalier, se situe l’esplanade du Mur et le Mur lui-même, par-dessus lequel se profile la colline du Temple ou le mont Moriah. C’est ici qu’Abraham allait sacrifier Isaac et fut arrêté par l’ange envoyé par Yavé.

Le premier et le deuxième Temple s’y dressaient jadis. Aujoud’hui, ils ont été remplacés par les coupoles du dôme du Rocher et de la mosquée d’El Aqsa. Le Mur ne faisait pas partie du Temple à proprement parler, mais constituait le mur de soutènement du flanc occidental de la colline du Temple. Mais comme cette structure est l’unique vestige de l’ensemble du Temple qui a survécu au pillage de la ville par les Romains en 70 après J.-C., il inspire la vénération des Juifs.

Les Juifs ayant coutume de s’y rassembler pour pleurer la perte du Temple, on le surnomma le «  mur des Lamentations ».

salle de torah

Les salles comprennent des arches saintes où sont rangés des rouleaux de la Torah utilisés lors des offices de prière qui se tiennent à toute heure. Photo : © Zvi Kaplan

mur occidental

 Les femmes (décemment vêtues) devront se diriger vers la gauche du mur et les hommes (tête couverte) vers la droite. Photo : © Zvi Kaplan

mur lamentations

Le mur a inspiré la vénération parce qu’il reste l’unique vestige de l’ensemble du Temple. Photo : © Zvi Kaplan

fideles mur des prières

Les fidèles s’y rassemblent pour pleurer la perte du Temple, d’où vient le surnom du « Mur des Lamentations ». Photo : © Zvi Kaplan

salles souterraines du mur occidental

À toute heure du jour et de la nuit, un flot ininterrompu de fidèles, de pèlerins et de touristes déferlent sur les marches. Photo : © Zvi Kaplan

Partager|