Mosquée al-Aqsa

Située à Jérusalem, la mosquée al-Aqsa ou al-Aksa a été construite au VIIe siècle. Ce lieu de culte fait partie, avec le Dôme du Rocher, d'un ensemble de bâtiments religieux construit sur l'esplanade des Mosquées (Haram al-Sharif), un lieu symbolique.

La tradition musulmane  associe Jérusalem et l'esplanade du Temple à la masjid al-Aqsa, que Mahomet aurait atteint à la suite de son voyage nocturne depuis La Mecque, et depuis laquelle il aurait entrepris l'ascension jusqu'au septième ciel.

Certains historiens sont d’avis que la mosquée Al-Aqsa nommée dans le Coran n'était pas celle de Jérusalem, il s’agirait donc d’une erreur historique coranique, car du vivant du prophète Mahomet, qui est mort en 632, la mosquée n’existait pas. En effet elle a été construite après la conquête de Jérusalem par Omar en 638. Pourtant, il s’agit d’un lieu sacré de prosternation à ciel ouvert et à l’image d’une esplanade où se réunissent chaque année des millions de pèlerins pour les pèlerinages du Hajj ou de l’Omra.

Jérusalem étant prise lors des croisades en 1099, la mosquée sert de palais appelé « temple de Salomon », pour le roi de Jérusalem Baudoin II. En 1119, elle devient le siège de l’ordre du Temple, sous le nom de Maison du Temple de Jérusalem. Suite à la reconquête musulmane en 1187, une reconstruction, en 1217 - 1218, donne à l’édifice son aspect actuel : une nef centrale, surmontée d'un dôme et bordée de part et d'autre de trois travées.

À la suite des tremblements de terre de 1928 et 1937, une reconstruction est entreprise en 1939. À cette occasion, Benito Mussolini fait don de colonnes de marbre situées à l'intérieur.

Entre 1969 et 1983, le dôme de la mosquée était recouvert d’aluminium par anodisation. En 1983, il a retrouvé son revêtement d'origine en plomb, de couleur gris foncé.

Coiffée de plomb, cette mosquée est située à l’extrémité sud de la colline. Ce vaste édifice peut accueillir jusqu’à cinq mille fidèles. Construite sur les vestiges d’une basilique byzantine, al-Aqsa s’élève au-dessus de grandes salles souterraines connues comme Écuries de Salomon.

El-Aqsa figure au premier plan de l’histoire moderne de Jérusalem. En 1951, sur ses marches, un musulman fanatique assassina le roi Abdullah de Jordanie sous les yeux de son petit-fils, le futur roi Hussein. En 1969, un Australien mit le feu à la mosquée, occasionnant des dommages et déclenchant dans le monde musulman une flambée d’exhortations au jihad, à la guerre sainte contre Israël et les Chrétiens (les cibles habituels, naturellement). Par contre, c’est à al-Aqsa qu’en 1977 que le président égyptien Anouar el-Sadate pria pendant sa mission de paix à Jérusalem. Bref, ce temple peut toujours déchaîner tant de passions politiques au Moyen-Orient.

Mais servant de lieu de culte, la mosquée al-Aqsa, par son plan, est plus fonctionnelle que le Dôme du Rocher. Elle abrite des places ensoleillées et des jardins verts paisibles.

mosquée al Aqsa

Murs millénaire d'el-Aqsa. Photo : © Zvi Kaplan

mosque al-aqsa

La mosquée et la ville éternelle de Jérusalem. Photo : © Zvi Kaplan

coupole argentée el acsa

La coupole argentée de la mosquée El-Aqsa. Photo : © Zvi Kaplan

Partager|