Jérusalem par Alexandre Dumas

Il y a des noms de villes ou des noms d’hommes, qui, lorsqu’on les prononce dans quelque langue que ce soit, éveillent à l’instant même une si grande pensée, un si pieux souvenir, que ceux qui entendent prononcer ce nom, cédant à une puissance surnaturelle et invincible, se sentent tout près de ployer les deux genoux.

Jérusalem est un de ces noms saints pour toutes les langues humaines : le nom de Jérusalem est balbutié par les enfants, invoqué par les vieillards, cité par les historiens, chanté par les poètes, adoré par tous.

Dans l’opinion des vieux siècles, Jérusalem était le centre du monde ; dans la croyance des siècles modernes, elle est restée le centre de la famille universelle. Ye rousch al A ï m dont nous avons fait Jérusalem, veut dire vision de paix.

Yerosch al Aïm, dont nous avons fait Jérusalem, veut dire vision de paix ; ce sera la ville choisie de Dieu, la ville glorieuse, la ville bâtie sur les montagnes saintes.

La tradition du passé dit qu’Adam y est mort, la tradition de l’avenir que le Sauveur y naîtra.

Moïse rêve d’un faire la capitale de son peuple errant. Pourquoi, de ces Hébreux pasteurs ; pourquoi de ces tribus nomades, essaye-t-il, par un labeur de quarante ans, de faire une famille, un peuple, une nation? Pourquoi leur vante-t-il, dans sa captivité, le pays de Chanaan? Pourquoi les guide-t-il, dans la fuite vers la terre promise? Pourquoi, au milieu de la foudre et des éclairs, demande-t-il pour eux à Jehovah des lois, dans une entrevue dont la majesté semble avoir frappé les rochers du Sinaï d’une stupeur éternelle? C’est pour que la ville de Jébus s’appelle Jérusalem ; c’est pour que Jérusalem, qui a précédé la Rome de Romulus, survive à la Rome de saint Pierre ; c’est pour que les pèlerins de tous les âges montent vers elle, tantôt couverts de fer et de lance au poing, pour la reconquérir, tantôt pieds nus et le bâton à la main, pour la glorifier.

jérusalem conquise

… Tombe-t-elle sous le glaive de Nabuchodonosor, c’est la prostituée de Babylone ; se relève-t-elle sous l’épée des Macabées, c’est la vierge de Sion : la victoire a effacé sa souillure, l’indépendance lui a rendu sa virginité… Photo : © Zvi Kaplan

jerusalem fortifiée

Jetons donc un coup d'oeil sur Jérusalem : voyons-la naître, grandir et tomber, mais tomber providentiellement, tomber devant la puissance romaine, qui enveloppe le monde entre ses bras, et qui, de mille nations, épis séparés, fait une seule  gerbe qui mûrira, en vue de la civilisation moderne et dans le but de la fraternité universelle, le soleil du christianisme, seul astre qui luira à la fois pour le riche et pour le pauvre, pour le fort et pour le faible, pour l'oppresseur et pour l'esclave, étant fait de l'étoile des rois et de l'étoile des bergers! Photo : © Zvi Kaplan

jerusalem imprenable

Écoutez Tacite et vous allez voir comme il est d'accord avec Moïse, comme il justifie David: "Jérusalem, située dans une position difficile, avait encore été fortifiée par des ouvrages avancées, et par des masses de constructions qui l'eussent rendue presque imprenable, eût-elle été bâtie au milieu d'une plaine…" Photo : © Zvi Kaplan

moeurs de jérusalem

… Les fondateurs de Jérusalem avaient prévu que la différence des moeurs leur attirerait des guerres fréquentes ; c'est pourquoi ils avaient tout disposé contre le plus long siège" (Tacite). Photo : © Zvi Kaplan

reflet de jérusalem

La vision de paix ne pouvait se montrer que sur les hauts lieux. Photo : © Zvi Kaplan

trois montagnes

David est donc maître du formidable emplacement : il y a pour centre de défense trois montagnes reliées par leurs contreforts mêmes : Sion, Acra et Moriah; il a trois fossés gigantesques créés par la main qui ébranle les mondes : à l'orient, la profonde vallée de Josaphat, où roule le Cédron ; au midi, le ravin escarpé de Géhennon ; à l'occident, le gouffre des Cadavres. Photo : © Zvi Kaplan

cour de jérusalem

Jérusalem avait vu passer au bord de la mer le conquérant et son armée, pareils à une trombe ; elle avait entendu les cris de Tyr ; elle avait vu l'incendie de Gaza ; puis le vainqueur avait continué son chemin, disparaissant derrière Héliopolis, et elle avait cru que, comme un soleil, il allait s'éteindre à l'occident. Photo : © Zvi Kaplan

torah

Beaucoup de ces livres, beaucoup de ces chants, beaucoup de ces paraboles nous sont inconnus, s'étant égarés sur une route de trois mille ans ; mais tout le monde a lu le Cantique des Cantiques, cette suave vision de la Judée à ses plus belles jours… Photo : © Zvi Kaplan

poésie jérusalem

… cette fraîche poésie, tout imprégnée du parfums des lis de Gelboë et des roses de Saaron ; cette mélodie d'amour que le poète composa pour le mariage du roi avec la fille du pharaon Osochor, qui lui apportait un dot d'alliance de l'Égypte et la possession de la ville de Gaza sur la Méditerranée. Photo : © Zvi Kaplan

jerusalem vide

Rien ne reste aujourd'hui du temple magnifique que Salomon éleva au Seigneur ; rien ne reste des trois palais qu'il bâtit : un pour lui, l'autre pour la reine, l'autre pour les étrangers ; rien ne reste du tombeau, où fils pieux, il coucha sur un lit de pièces d'or son père David. Photo : © Zvi Kaplan

corbeau de jérusalem

Avec Salomon, Jérusalem a épuisé son ère de joie, sa période de prospérité ; après les poètes qui ont chanté sa grandeur vont venir les prophètes qui prédiront sa ruine. Photo : © Zvi Kaplan

lion et drapeau

"Souvenez-vous des oeuvres de vos ancêtres ; soyez fidèles comme eux, et vous serez grands, forts et pleins de gloire comme eux!" Photo : © Zvi Kaplan

peuple fidèle

… Mais on affirmait que ce peuple gardait religieusement sa parole, restait fidèle aux alliances jurées, et avait une main aussi ferme pour le maintien de ses amis que pour la destruction de ses ennemis. Photo : © Zvi Kaplan

redempteur et vierge

La vieille tradition du monde dit que le genre humain, tombé par la femme, aura un rédempteur né d'une vierge. Photo : © Zvi Kaplan

vision de paix

 Aussi, voyez comme Jéhovah - le Dieu unique, le Dieu jaloux, le Dieu fort, le Dieu puissant, le Dieu vengeur, - la protège, cette Jérusalem, qui est la vision de paix. Photo : © Zvi Kaplan

parole de jérusalem

Toutes les nations tendront, un jour, vers moi, et les peuples se diront entre eux : Venez ! montons vers le dieu de Jacob! Il nous instruira de ses principes, et nous marcherons dans ses chemins, car la voix sortira de Sion, et la parole par excellence, de Jérusalem. Photo : © Zvi Kaplan

vestiges de jerusalem

Dans l'opinion des vieux siècles, Jérusalem était le centre du monde… Photo : © Zvi Kaplan

lions de jérusalem

C'est David, enfin, qui a bâti Jérusalem, et qui l'a assise sur un trépied dont l'une des branches, celle de l'occident, s'appuie à la mer Intérieure, et dont les deux autres aboutissent, celle du midi, à la mer des Indes par le golfe Arabique, celle du Nord, à la mer Caspienne par les passages de l'Euphrate eu Tigre. Photo : © Zvi Kaplan

jerusalem ville amie

Dans la croyance des siècles modernes, la ville est restée le centre de la famille universelle. Photo : © Zvi Kaplan

regard sur jérusalem

Peuples, regardez du côté de Jérusalem. Photo : © Zvi Kaplan

Partager|