La Vie et le Cosmos

Dans quelques milliards d’années, la Terre connaîtra une ultime journée parfaite. Ensuite, le Soleil, continuant lentement à rougir et à se dilater, présidera aux destinées d’une Terre étouffant de chaleur, même aux pôles.

La calotte glaciaire de l’Arctique et de l’Antarctique se mettra à fondre, inondant les côtes du globe. Les hautes températures océaniques libéreront dans l’air davantage de vapeur d’eau; des nuages plus abondants protégeront la Terre du rayonnement solaire et retarderont pour peu de temps sa fin. Mais l’évolution du Soleil n’en reste pas moins inéluctable. Les océans entreront en ébullition, l’atmosphère s’évaporera dans l’espace et finalement une catastrophe d’une ampleur inimaginable frappera la planète.

Entre temps, les êtres humains auront sans doute considérablement évolué. Nos descendants se montreront peut-être même capables de maîtriser ou de modérer l’évolution des étoiles, qui sait… Ils seront partis chercher dans quelque système solaire jeune et engageant une planète inhabitée.

Le Soleil finira ses jours sous l’aspect d’abord d’une géante rouge, puis d’une naine blanche.

L’effondrement d’une étoile d’une masse deux fois supérieure à celle du Soleil fait d’elle une supernova, puis une étoile à neutrons (mais une étoile plus grosse qui, après sa phase de supernova, conserverait une masse disons cinq fois supérieure à celle du Soleil, connaître un sort encore plus remarquable – sa gravité la transformerait en trou noir).

Il y existe des planètes qui décrivent leur orbite autour d’étoiles situées dans les nuages de Magellan ou dans les amas globulaires entourant la Voie Lactée. C’est un déploiement galactique stupéfiant : dans une immense spirale comprenant quatre cents milliards d’habitants stellaires, des nuages de gaz s’effondrent, des systèmes planétaires se condensent, tandis qu’apparaissent de lumineuses étoiles supergéantes, d’autres stables dans leur maturité, des naines blanches, des nébuleuses planétaires, des novae, des supernovae, des étoiles à neutrons, des trous noirs. De tous ces mondes, il doit être clair, notre matière, notre forme, et pour une bonne part notre caractère, sont déterminés par les liens profondes qui unissent vie et Cosmos.

dernier jour de la terre

Les Aztèques ont prédit un temps «où la Terre sera fatiguée, où sa floraison aura pris fin ». Ce jour-là, le Soleil tombera du ciel et les étoiles de leur séjour céleste. Image : Megan Jorgensen

Voir aussi :

Partager|