Méthodologie du meurtre

Du temps où les humains vivaient en petits groupes, où leurs armes étaient presque dérisoires, même un guerrier enragé ne faisait que peu de victimes. Aujourd’hui, nos armes peuvent détruire des milliards de vies.

Cependant, au fur et à mesure que notre technologie s’améliorait, les méthodes guerrières s’amélioraient, elles-aussi.

Étant donné que la méthodologie du meurtre se perfectionne que les risques encourus dans une guerre augmentent, aujourd’hui, il suffirait qu’un nombre relativement réduit d’individus ressentent simultanément une rage meurtrière pour que les conditions d’un conflit majeur soient réunies. Les faits démontrent que la chose pourrait aisément être orchestrée et même la guerre nucléaire pourrait être déclenchée par un très petit nombre d’individus.

Avons-nous étudié courageusement les causes de la guerre ?

Nous observons ici un conflit éternel entre les passions et ce qu’on appelle parfois le meilleur de l’homme, entre la partie profonde, reptilienne, du cerveau humain, le complexe R qui se charge des rages meurtrières, et la partie mammalienne, d’une évolution plus récente, située dans le système limbique et le cortex cérébral.

Mais nous nous sommes également améliorés. Grâce à la raison, la plupart de religions ont su modérer la colère, la frustration, le désespoir de leurs adeptes, par exemple. D’ailleurs, les humains ont mis un frein à des injustices qui hier encore étaient endémiques dans le monde entier. Mais notre amélioration, n’est-elle pas trop lente ? Faisons-nous appel à la raison aussi efficacement qu’il est possible ?

L’équilibre mondial de la terreur, dont quelques fous de leurs dieux cruels sont les instigateurs, tient les citoyens de la Terre en otages. Ces fanatiques spécifient quel comportement sera acceptable de la part du reste des êtres humains. Quelques-uns assurent les autres, leurs ennemis potentiels que s’ils transgressent des limites, une guerre nucléaire éclatera. Mais la définition de ces limites change de temps en temps. Ces fanatiques songent continuellement les seuils de tolérance de l’autre et l’équilibre mondial de la terreur change…

spartacus série télévisée

Du temps où les humains vivaient en petits groupes, où leurs armes étaient presque dérisoires, même un guerrier enragé ne faisait que peu de victimes. Spartacus, série télévisée, 2013

spartacus la bataille

Est-il toujours possible de faire appel à la raison ? Spartacus, série télévisée, 2013

Voir aussi :

Partager|