Créatures de la mer

Dans la grande obscurité cosmique se meuvent d’innombrables étoiles et planètes. Sans en avoir encore la certitude, on peut penser que le processus qui a permis l’évolution de la vie et de l’intelligence sur la Terre devrait se retrouver à travers le Cosmos.

Rien que dans la Voie Lactée, il y a peut-être en ce moment un million de mondes habités par des êtres très différents de nous. Ils sont peut-être en avance sur nous, mais posséder beaucoup de connaissances n’équivaut pas à être intelligent, parce que l’intelligence ne suppose pas seulement l’information mais le jugement, la façon de ramasser, de coordonner, d’utiliser les éléments d’information.

Mais parmi les millions de mondes qu’habitent des intelligences évoluées, voici une planète rare, la seule dans son système planétaire à posséder la masse liquide des océans.

Dans ce riche environnement aquatique vivent en grand nombre des créateurs relativement intelligentes – certaines d’entre elles disposent de huit longs appendices préhensifs, d’autres communiquent entre elles en modifiant les taches sombres et brillantes qui dessinent sur leurs corps des motifs complexes, d’autres enfin sont d’ingénieuses petites créatures terrestres qui font de brèves incursions sur l’océan à bord d’embarcations de bois ou de métal.

Les eaux de la mer étant troubles et ténébreuses, la vue et l’odorat, utiles aux mammifères terrestres, les sont moins dans les profondeurs de l’océan. L’évolution perfectionna alors un autre moyen de survie; il fonctionne à merveille et constitue l’élément indispensables pour comprendre ces habitants : l’ouïe.

Le principal danger pour les créatures de la mer se présente sous la forme d’un nouvel arrivant parmi les animaux, un parvenu n’ayant acquis que tout récemment, grâce à sa technologie, une certaine compétence dans les océans. Cette créature s’appelle l’être humain.

Durant toute la vie des océans, leurs habitants ignoraient les humaines. C’est au long de cette période que les « êtres aquatiques » développèrent leur extraordinaire système de communications auditive. Plusieurs d’entre eux émettent des sons très bruyants à une fréquence assez basse qui sont à peine absorbés dans l’océan. Par exemple, le biologiste Roger Payne a calculé qu’en utilisant les profondeurs marines comme canal de transmission du son, deux baleines peuvent communiquer entre elles, à vingt hertz, pratiquement où qu’elles se trouvent dans l’océan. L’une d’elles, en train de voguer autour des îles Aléoutiennes, communique avec une autre, au large du glacier de Ross.

Au cours de presque toute leur histoire, les poissons et les mammifères aquatiques ont sans doute établi et maintenu un réseau mondial de communication.

banc de poissons

En tant qu’espèces, nous, les humains, avons intérêt à communiquer avec des intelligences extra-terrestres, mais la communication avec les maîtres des profondeurs marines, ne serait-ce pas un bon début ? Source de l'image : grandquebecois.blogspot.com

En apprendre davantage :

Partager|