L’âge de notre Galaxie

Causerie prononcée au déjeuner-causerie du Cercle Universitaire de l’Université de Montréal, le 30 octobre 1941.

Puis demandons-nous quel est l'âge de notre Galaxie. Est-elle inconcevablement vieille? On le croyait lors de la première édition de mon Astronomie élémentaire. On lui attribuait des âges marqués par des successions de 14, ou même 15 et 16 chiffres ; or la science du moment divise ces nombres impressionnants par 1000 au moins et l'âge de la Galaxie n'est plus que de l'ordre du milliard d'années et pourrait ne pas dépasser 10,000,000,000 années.

Qu'y a-t-il donc de changé pour que nous accordions à notre Galaxie cette extrême jeunesse ? Faust demandait à Méphistolès de lui rendre la jeunesse mais il n'a jamais songé à exiger que son âge fût divisé par 1000 ? Voici quelques-unes des raisons invoquées par les savants. D'abord, notre univers se dilate, et tout se passe comme si les nébuleuses se fuyaient; or on calcule que étant données leurs vitesses elles ne sont parties d'un point initial que depuis quelques milliards d'années. Auparavant elles étaient contenues toutes dans on ne sait quel point-espace où se concentrait la matière de l'univers.

L'abbé Lemaître nous enseigne que cet univers-atome a explosé, puis que ses parties diverses se sont envolées livrées aux forces de l'attraction et de la répulsion cosmique. Cette seconde phase n'a duré qu'un instant, quelques millions d'années à peine. Ce moment de trouble passé, la répulsion l'a emporté pour l'ensemble de l'univers, les nébuleuses se fuyant tandis que les étoiles naissaient, se groupaient et commençaient leurs carrières rayonnantes.

… Et cela se passait il y a une dizaine de jours d'univers, ou quelques milliards d'années.

Une autre raison qui nous fait juger de la jeunesse relative de notre Galaxie est qu'il existe encore des groupes d'étoiles. Car la Galaxie tourne, mais non uniformément dans son ensemble ; les parties centrales étant plus rapides, il se produit des frottements pour ainsi dire entre les étoiles, des actions mutuelles, plus ou moins énergiques dont le résultat est de dissoudre les groupes.

Ces étoiles n'ont d'ailleurs pas des vitesses identiques et petit à petit elles se séparent en s'éloignant.

L'action dissolvante n'est pas très rapide mais si elle s'exerçait depuis très longtemps aucun groupe ne subsisterait. Il est des surveillants, de collège qui s'appliquent à dissoudre les groupes dans les cours de récréation ; si leur autorité n'est pas forte ce n'est que petit à petit que les élèves se répartiront uniformément ; on affirmerait avec raison que le surveillant ne s'est pas présenté souvent si les groupes sont encore nombreux et compacts; or il en est ainsi pour les groupements d'étoiles: donc la Galaxie est bien jeune.

Une autre raison est tirée de l'existence des puissants soleils qui déversent l'énergie avec une extrême profusion ; on ne leur refuse pas les milliards d'années mais si ces prodigues rayonnaient depuis beaucoup plus longtemps on ne comprendrait pas qu'ils ne soient pas actuellement épuisés.

Et nous nous étonnons de constater que la terre, serait aussi vieille que les galaxies ! Au moment où ce petit astre commençait son existence, les grandes galaxies s'élançaient dans l'espace. Les planètes seraient peut-être du même âge : Vénus qui brillera ce soir à l'occident. Mars la gloire du levant, seraient aussi vieilles que l'univers entier !

Elles ont assisté à la débâcle du commencement ! Et je termine par la contemplation de ces planètes qui réjouissent le ciel avant que ne luise la Voie lactée dans la voûte sombre. Des yeux on-t-ils vu tourner aux premiers âges notre Galaxie massive et presque infinie ? Qui donc a été témoin des collisions et des cataclysmes dont sont nées les planètes ? Y avait-il des intelligences pour s'étonner de la fuite des nébuleuses ?

Les planètes garderont longtemps leur mystère et la Galaxie continue de tourner en poursuivant sa course vers l'infini. Que les hommes persistent à se détruire stupidement, peu importe, bientôt, il n'y aura plus rien sur la terre, le soleil s'étant éteint comme un flambeau qui a brûlé trop longtemps.

Ce sera peut-être une fin de tout. Par on ne sait quel mécanisme, l'univers courbe se sera redressé comme un ressort qui se détend, les rides qui constituent ce que nous appelons la matière auront disparu dans le continuum espace-temps des relativistes car le tout sera revenu au repos, pour reprendre peut-être ses évolutions au commandement de Celui qui, il y a quelques milliards d'années, lui a dit d'évoluer dans le temps et l'espace sans dissiper ses énergies.

Pour l'Être soustrait à ces deux manifestations d'existence, rien ne sera changé; son éternité immuable confond le néant de nos jours avec celui des jours de la Galaxie, car pour lui mille ans sont comme un moment, et nos jours d'univers ne sont que des instants, toujours passés, toujours présents.

Frère Robert des F.E.C., Docteur ès-sciences de l’Université de Lille

night sky

Et nous nous étonnons de constater que la terre, serait aussi vieille que les galaxies ! Image © : Megan Jorgensen

Pour en savoir plus :

Partager|