Les Dai, peuple de la forêt tropicale

Gardiens de la forêt

Autour des banyans aux racines tortueuses, la forêt est luxuriante, l’air chaud et humide. Nous sommes au cœur de l’unique forêt tropicale chinoise, celle de la préfecture autonome dai du Xishuangbanna, dans la province du Yunnan.

Peuple affirmé, les Dai entretiennent des liens harmonieux et sacrés avec la nature. Pour eux, la forêt est le berceau de l’humanité. Sur un territoire minuscule mais foisonnant, ils pratiquent une agriculture et un élevage de subsistance, l’agroforesterie. Ils chassent et pêchent. Pour le reste, il y a le troc ou le marché, en ville.

Xishuangbanna signifie « Terre des 12 000 rizières » en langue dai. Sur 0,2 % de la superficie de la Chine, le Xishuangbanna compte 5000 espèces végétales, 500 espèces de mammifères, plus de 300 espèces d’oiseaux, plus de 60 espèces d’amphibiens et de reptiles…

La population dai partage plusieurs traits culturels avec les Thaï.

Dans la forêt de lanternes du Jardin botanique de Montréal, quatre personnages illustrent deux peuples du Xishuangbanna qui vouent un profond respect à la nature, les Dai et les Hani. Les Dai exploitent la forêt de façon écoresponsable depuis 2000 ans.

dai

Panneau illustratif dédié au peuple Dai dans le pavillon de l'Amitié du Jardin des rêves dans le Jardin botanique de Montréal. Photo : Univers.GrandQuebec.com

Voir aussi :

Partager|