L’Ancienne Planète

Le Roi Kull par Robert Howard

- Ils ont disparu, dit Brule, comme s’il lisait dans son esprit, les harpies, les hommes chauve-souris, les créatures aillées, le peuple loup, les démons, les gobelins … tous, sauf les être comme celui qui gît à nos pieds, et un petit nombre d’hommes-loups. Longue et cruelle fut la guerre, menée à travers les siècles sanglants, depuis que les premiers humains, sortant du limon de l’ère simiesque se dressèrent contre ceux qui régnaient alors sur le monde. Et finalement l’humanité l’importa, il y a si longtemps que seules des bribes de légendes se rapportant à ces temps occultes sont arrivées jusqu’à nous, traversant les siècles.

Le peuple Serpent fut le dernier à disparaître ; pourtant les hommes finirent par triompher d’eux. Ils les chassèrent vers les régions déshéritées du monde où ils s’accouplèrent avec de véritables serpents, jusqu’au jour, disent les sages, où l’horrible vengeance disparaîtrait complétement. Mais ces créatures revinrent, sous d’habiles déguisements, tandis que les hommes s’amollissaient et que leurs mœurs dégénéraient, oubliant les anciennes guerres.

Oh, ce fut une guerre cruelle et secrète! Parmi les hommes de la Jeune Terre se glissèrent furtivement les monstres terrifiants de l’Ancienne Planète, protégés par leur savoir et leurs mystères redoutables, prenant toutes les formes et apparences, commettant en secret des actes horribles.

Aucun homme ne savait qui était vraiment un homme et qui n’en avait que l’apparence. Aucun homme ne pouvait faire confiance à un autre homme. Cependant, se servant de leur astuce, ils inventèrent des moyens permettant de distinguer les vrais des faux.

Les hommes prirent pour symbole et emblème le dragon volant, le dinosaure ailé, un monstre des ères passées, qui avait été le plus grand ennemi du serpent.

Et les hommes se servirent des mots que j’ai prononcés devant toi comme d’un signe et d’un symbole ; car, ainsi que je te l’ai appris, seul un homme véritable peut les répéter.

Ainsi triompha l’humanité. Mais ces démons revinrent, une fois des années de négligence et d’oubli écoulées, car l’homme reste un singe, en cela qu’il oublie ce qui n’est pas sous ses yeux. Ils vinrent sous l’apparence de prêtres et, comme les hommes dans leur luxure et leur volonté de puissance ne croyaient plus depuis longtemps aux vieilles religions et aux anciens cultes, les hommes serpents, sous le prétexte d’un culte nouveau et authentique, bâtirent une monstrueuse religion reposant sur l’adoration du dieu Serpent. Si grand est leur pouvoir à présent que c’est la mort pour celui qui répète les anciennes légendes du Peuple Serpent, et les gens se prosternent à nouveau devant le dieu Serpent, qui a revêtu une nouvelle forme ; et, en fous aveugles qu’ils sont, ils ne voient pas le rapport entre ce pouvoir et celui auquel les hommes ont mis fin, il y a des éons. Les hommes-serpents se contentent d’exercer une influence en tant que prêtres… et pourtant…

Il s’interrompit.

ancienne planète

Et les prêtres du Serpent avaient pris leur place régnant ainsi à l’insu des hommes. Illustration : Univers.GrandQuebec.com

Lire aussi :

Partager|