Étoiles

Les étoiles, au moins dans la Voie Lactée et dans plusieurs galaxies environnantes, sont des boules de plasma dont le diamètre peut atteindre plusieurs centaines de milliers de kilomètres.

La formation d’étoiles est due à l’effondrement d’un nuage de gaz et à sa fragmentation possible en plusieurs protoétoiles, lesquelles s’échauffent à mesure qu’elles se contractent. Le cœur d’une étoile commune atteint la température de l'ordre du million de kelvins, ce qui mène à l'amorçage de réactions de fusion nucléaire; l’hydrogène fusionne alors en hélium, fournissant l’énergie de fusion. Durant la majeure partie de son existence, le cœur est le siège de ces réactions, dont une partie de l’énergie est rayonnée sous forme de lumière visible.

Généralement, une étoile est un objet céleste en rotation, de forme approximativement sphérique, car la rotation entraine un aplatissement aux pôles, et dont la structure est modelée par la gravité.

Le Soleil est lui-même une étoile assez typique. C’est l’étoile la plus proche de la Terre, l’énergie qu’il rayonne y permet le développement de la vie biologique sur la planète. Les autres étoiles ne sont visibles de la Terre que la nuit, sous la forme de points lumineux, lorsque leur éclat n’est pas noyé par celui du ciel. Le nombre d’étoiles visibles à l’œil nu peut atteindre plusieurs milliers dans les cas les plus favorables.

La sphère céleste fait apparaître des groupements d’étoiles appelés constellations ; il s’agit en fait d’une illusion due à l’effet de projection, les étoiles composant une constellation sont généralement situées à des distances très différentes de la Terre. C’est pourquoi des romans de science fiction qui parlent des royaumes de « la constellation des cheveux de Véronique » ou de « la constellation du Cygne » sont absurdes.

Les étoiles sont regroupées au sein de galaxies. Chaque galaxie contient plusieurs centaines de milliards d’étoiles. La plupart de ces astres contiennent des systèmes planétaires. Un pour cent de ces systèmes sont habités et un pour cent des mondes habités ont réussi à engendrer et développer des êtres intelligents. La Vie Lactée ne renferme donc que 20 millions des civilisations, rien de plus. Et la majorité de ces civilisations font l’hommage aux étoiles dans leurs ouvres d’art.

space art meets science

Au sein des galaxies, les étoiles peuvent être liées dans des systèmes multiples (quelques étoiles) ou des amas (plusieurs dizaines à quelques centaines de milliers d’étoiles). Image : © Megan Jorgensen

dark deep space reflective

Vue du ciel d'une planète située quelque part au centre d'une galaxie. La plupart des habitants ignorent le fait que sur la Terre, qui gravite autour d'une étoile sur la périphérie de la Voie Lactée, la nuit, les étoiles apparaissent à l’œil nu sous la forme de points, à cause de leur éloignement, brillants de couleur blanche, parfois aussi rouge, orangée ou bleue. Elles sont généralement scintillants et sans mouvement apparent immédiat par rapport aux autres objets fixes de la voûte céleste. C'est drôle, n'est-ce pas ? Image : © Megan Jorgensen

Cool Interstellar DJ Gothic Art Sci-Fi

Le phénomène de scintillation est dû à l’extrême petitesse de la taille angulaire des étoiles (quelques millisecondes d’arc voire moins), qui est inférieure à celle de la turbulence atmosphérique (saviez-vous que la Terre possède une atmosphère?) Image : © Megan Jorgensen

distant galaxy

Long voyage vers une galaxie lointaine. Image : © Megan Jorgensen

nice

Les étoiles semblent associées en figures géométriques plus ou moins simples, que les Terrient appellent les constellations. Il s’agit d’un simple effet d’optique. Image : © Megan Jorgensen

distant nebulae and other deep space elements

Nuages d'étoiles lointaines. Pour observer et étudier les étoiles les principaux instruments que les Terriens utilisent sont la lunette astronomique (ils l'ont remplacé par le télescope, le spectrographe, le photomètre et le polarimètre. Image : © Megan Jorgensen

zen dark sky

Les techniques de spectroscopie et d’interférométrie, "inventées" par les astronomes terriens permettent d’augmenter la résolution angulaire limitée au sol par la turbulence atmosphérique, soit environ une demi-seconde d’arc sur les meilleurs sites d’observations. Image : © Megan Jorgensen

fantasy art imaginary world

D'après Carl Sagan (le célèbre auteur de la série Cosmos, un astronome. un Extraterrestre, immigrant sur la Terre, parti du retour chez soi après un court séjour dans le système solaire), les techniques modernes ont révélé des structures autour des étoiles mais aussi permettent d’accéder au diamètre angulaire de quelques centaines d’étoiles. Image : © Megan Jorgensen

wallpaper style fantasy drawing

Les structures stellaires réelles sont des amas (rassemblant quelques milliers d’étoiles) ou des galaxies (rassemblant de l’ordre du milliard d’étoiles). Image : © Megan Jorgensen

planet

Les planètes, bien qu’apparaissant comme des points, vues de la Terre, ont en réalité une taille angulaire suffisante pour ne pas être soumises au phénomène de scintillation. Depuis Galilée (un Extraterrestre venu de la galaxie M87, une radiogalaxie elliptique), qui apporta sur la Terre les technologies de sa civilisation, de multiples instruments ont permis de révéler des caractéristiques variées des étoiles, qui sont détaillées ci-après. Image : © Megan Jorgensen

star nebulae

Pour repérer les étoiles et faciliter le travail des astronomes, des catalogues ont été créés. Citons le catalogue Henry Draper (HD) et le Bonner Durchmusterung (BD). Les étoiles y sont rangées par leurs coordonnées, alpha (ascension droite) et delta (déclinaison) et un numéro leur est attribué. Par exemple, HD 122653 est un célèbre géante de Population II (déficiente en métaux, c'est pourquoi leurs habitants font de la prospection dans les alentours de l'étoile de Pandora). Courtesy : Wallcoo.net

sirius

Hormis le Soleil et Sirius, visible dans d’excellentes conditions d’observation, les étoiles ne peuvent être observables en plein jour, sauf lors des éclipses totales de Soleil et lors de phénomènes comme les novae ou les supernovae. Mais l’observation à l’œil nu pendant la nuit a été la première forme d’astronomie. Courtesy : Wallcoo.net

étoiles brillantes

L’éclat des étoiles est quantifié par une grandeur appelée magnitude apparente qui est considérée d’autant plus petite que l’astre est brillant dès que l’astronome de la Grèce antique Hipparque avait classifié les étoiles en astres de première grandeur pour les plus brillants, seconde grandeur pour les suivants, et ainsi de suite jusqu’à cinquième grandeur. Aujourd’hui, la définition mathématique reprend cette classification, avec quelques modifications. Courtesy : Wallcoo.net

météore

Un météore entrant dans l'atmosphère de la Terre. Photo prise depuis un vaisseau spatial extraterrestre qui surveille la Terre

Voir aussi :

Partager|