Village de Buenos Aires

C’est à la fin du XVIIe siècle, en 1695 précisément, que Buenos Aires acquit le rang de capitale régionale. En fait, cette mesure s’imposait depuis que les Portugais, en 1680, avaient fondé la ville de Colonia de Sacramento sur la Bande Oriental, à quelques encablures du port. La ville de Colonia devint en peu de temps la porte de sortie des produits du Rio de la Plata. C’est là aussi qu’arrivaient des marchandises anglaises et les esclaves. Ainsi l’Espagne fut obligée de réagir à la menace que représentait Colonia pour son commerce. En riposte à l’intrusion portugaise, Espagne fonda donc en 1726 la ville de Montevideo, de l’autre côté de l’estuaire du Rio de la Plata. Mais c’est à Buenos Aires que revint toute la gloire.

Les activités commerciales se répercutaient sur la physionomie de Buenos Aires, encore que la modernisation fût bien lente. Village inachevé, fait de constructions médiocres et précaires, la localité restait une bourgade poussiéreuse et sale. Le delta du fleuve était surnommé. L’Enfer des pilotes, à cause de sa faible profondeur et de ses bancs de sable, le plus dangereux étant celui où un navire britannique s’était échoué. Pour éviter les bas-fonds, on empruntait des radeaux formés de deux canots; fabriqués de troncs d’arbres creusés et unis par des solives légères, ils étaient recouverts d’un plancher de bambous, et une petite cabane de nattes permettait aux passagers de s’abriter.

Le port de Buenos Aires s’animait au moment de l’abattage des troupeaux. Parfois c’était plus de cent mille peaux qu’il fallait charger sur les navires appareillant pour l’Espagne ou pour des destinations illégales.

Buenos Aires n’avait pas d’église ni même de cathédrale susceptible de rivaliser avec celles de Lima, de Potosi ou de Cuzco. Les habitations comme les églises étaient édifiées avec des matériaux précaires, et celles-ci s’effondraient au bout d’un certain temps. Des gouttières abîmaient les planchers de tous les bâtiments et les chauves-souris y trouvaient refuge, souillant les murs de leurs déjections…

Mais Buenos Aires était devenue capitale. De nombreux édifices conçus dans un style néoclassique, furent construits.  Aujourd’hui, seule l’église du Pilar – crépie dans des tons mauve et gris -, construite dans La Recoleta, un quartier éloigné et dangereux, subsiste pratiquement sans ajouts.

rue libertad ou corrientes

Une ruelle verte de Buenos Aires (quelque part entre Libertad et Corrientes). Photo : © Univers.GrandQuebec.com

parc de buenos aires

Un parc urbain de détente au coeur du centre-ville. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

criptes argentine

Les allées de La Recoleta, le cimetière le plus connu d'Argentine. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

monument espagne

Monument à Espagne, la mère-patrie du pays. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

place echevarria

Place Echevarria. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

Lire aussi :

Partager|