Invasion anglaise de 1806

Le 11 juin 1806, on aperçoit des vaisseaux étrangers en face du port de Buenos Aires. Le vice-roi Sobremonte s’obstine toutefois à prendre ces navires pour une flottille de contrebandiers. Il décide de passer la soirée au théâtre et se rend donc au théâtre Coliseo Chico. À peine le spectacle commencé, le capitaine du port – Martin Thompson – accourt hors d’haleine : il s’agit de onze frégates anglaises.

Pas moins de mille cinq cents soldats britanniques débarquent à Ensenada de Barragan et dirigent vers la capitale. Avec une lâcheté que rappellent tous les manuels scolaires d’Argentine, le vice-roi Sobremonte prend la fuite en emportant le trésor de la ville. Les Anglais, avec le général William Beresford à la tête, remontent la calle Mayor sous une pluie battante, sans rencontrer âme qui vive, et s’installent sans difficultés dans le fort.

Le drapeau espagnol est enlevé et remplacé par celui de la Grande-Bretagne.

Disciplinée, aux bonnes manières, habillée avec des uniformes rutilants et défilant au son des cornemuses, ’armée anglaise impressionne les patriciens argentins. D’autant que les envahisseurs ont apporté des meubles et « mille objets agréables » que les résidents aisés s’empressent d’acheter. La capitulation de Buenos Aires est signée. Ensuite, les occupants baissent les droits de douane, mesure qui leur rallie vite un grand nombre de commerçants, mais le peuple, dans son ensemble, leur demeure hostile.

Les Anglais annoncent leurs intentions de remodeler la ville, afin d’effacer la trace coloniale qu’ils jugent archaïque. Ils établissent ainsi un Plan de la capitale des colonies anglaises du Rio de la Plata, publié à Londres.

Santiago de Liniers, un Français originaire de Niort et au service de l’Espagne, le commandant du port d’Ensenada, organise la reconquête de la ville. Ayant réuni un bataillon, il débarque dans la delta du Tigre – depuis lors la rivière de Las Conchas porte le nom de Reconquista. La contre-offensive commence et Liniers réussit à se frayer une route à travers les terrains défoncés de Chacarita, grâce à l’aide du peuple, qui traîne des lourdes pièces d’artillerie. Le 12 août 1806, Liniers et ses hommes remontent le long des rues de la Merced et Catedral-Florida (aujourd’hui, la rue Reconquista, au cœur de la City). Une semaine plus tard, après de féroces combats, Liniers déloge Beresford du fort. Il capture un certain nombre de drapeaux anglais qu’il offre à Notre-Dame du Rosaire, dans l’église de Santo Domingo où on peut toujours les voir. Les prisonniers anglais doivent défiler devant une foule de mulâtres, de femmes et d’enfants.

L’Angleterre subit ainsi une humiliation sans précédent. En 1807, les Anglais débarquent une autre fois, mais c'est toute une autre histoire…

torre de los ingleses

La Tour des Anglais. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

Voir aussi :

Partager|