Afflux d’immigrants en Argentine

L’essor du bâtiment et la richesse de la campagne argentine ont attiré dans le pays de nombreux immigrants. Ils arrivent par des milliers et, conduits d’abord à l’hôtel des Immigrants, ils sont récupérés par des parents ou des compatriotes. Quelques-uns, démoralisés par les difficultés, s’en retournent, mais la plupart tentent leur chance « américaine » et réussissent, après des efforts considérables, à améliorer leur existence.

Les travailleurs manuels sont les plus nombreux. Mais le gouvernement de l’Argentine cherche aussi à embaucher des individus « honnêtes et sachant lire et écrire »  pour remplir la fonction d’agent de police, selon une série d’annonces publiés par le consul argentin à Cadix, en Espagne.

On avance aux immigrants les frais de voyage, qu’ils doivent rembourser en servant comme gendarmes et policiers. Les entreprises s’arrachent leurs services et paient l’argent que le gouvernement a gagé au départ. La police municipale a du mal à recruter et l’on exige que les immigrants donnent une année complète de service avant d’être embauchés ailleurs. Les premiers arrivants envoient des lettres enthousiastes à leurs parents.

La plupart de ces immigrants pourtant ne se font pas naturaliser, refusent la citoyenneté argentine, au grand dam des autorités qui leur reprochent une exclusion volontaire, laquelle risque de conduire à la destruction des institutions nationales. Si les immigrants restent étrangers et ne votent pas, comment espérer se libérer des factions et des caudillos?

Les immigrants ont aussi transporté les tensions qui, en Europe, opposent les partisans de la laïcité et de la république aux conservateurs monarchistes et catholiques. Parfois, les esprits s’enflamment à l’occasion d’un nouvel impôt sur les tabacs, les alcools ou les jeux de cartes. Des foules immenses de toutes les langues, de toutes les races se réunissent alors au nom des « intérêts menacés ».

ministere exterieur

Ministère des affaires extérieures de la République argentine. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

simon bolivar

Monument de Simon Bolivar au parc Rivadavia. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

edifices buenos aires

La City. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

constitution

Palais Barolo, au 1370, avenue de Mayo, un édifice typique représentatif de l'architecture du XXe siècle. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

bibliothèque nationale

La bibliothèque nationale. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

collège norma

Entrée du collège Norma Lanus de Lanata. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

retiro

Retiro. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

sinagogue

La synagogue au centre-ville de Buenos Aires. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

pinko

Avenue 9 juillet et un homme nu qui la traverse. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

Lire aussi :

Partager|