Brève histoire de Buenos Aires

C’est le navigateur espagnol Pedro de Mendoza qui fonde une colonie espagnole à l'embouchure du Rio de la Plata, le 2 février 1536. La bourgade est baptisée Nuestra Señora Santa Maria del Buen Ayre et ses maisons se situaient dans l’actuel quartier de San Telmo, près de l’actuel centre-ville. Cette petite colonie est ravagée par les indiens en 1541 et ce n’est que le 11 juin 1580 que Juan de Garay fonde à nouveau la colonie avec le nom de la Santísima Trinidad y Puerto de Santa María del Buen Ayre. Cette fois-ci les premiers bâtiments sont érigés sur un site délimité par les actuelles rues de Mayo, Viamonte, Salta et Libertad.

Fondée donc en 1580, Buenos Aires n’était d’abord un village. En 1602, un acte atteste que la population totale de cette future métropole argentine est de 700 âmes, et ce n’est qu’en 1620 que la barre des mille habitants est dépassée. Mais au début du XVIIe siècle déjà des rues avaient été tracées autour de la Plaza Mayor, une place centrale de la jeune ville.

À l’époque, la plupart des constructions étaient faites aux toits de paille, leurs murs faits de torchis et de bois, aux toits de paille. En fait, à l’époque, il n’y avait alors que deux bâtiments construits en maçonnerie et briques, soit la Cathédrale de Buenos Aires et le fort, sur place depuis 1595. En 1610, on construit d’ailleurs le Cabildo, un bâtiment en brique pleine (adobe) siège du conseil d’administration coloniale et municipale.

De son établissement au XVIe siècle à 1807, Buenos Aires a souffert de nombreuses invasions. En effet, en 1582 un corsaire anglais tente de débarquer sur l’île Martin García et en 1587, l'anglais Thomas Cavendish fait une nouvelle tentative de prendre la ville, mais sans succès. En 1658, une troisième tentative est lancée par le roi Louis XIV, mais don Pedro de Baigorri Ruiz, alors gouverneur de Buenos Aires, réussit à défendre le port. Une quatrième tentative d’un aventurier De Pintis, fut également repoussée, tout comme la cinquième (par une bande de pirates danois, en 1699). En 1806, débutent les Invasions Britanniques et le 27 juin 1806, le général anglais William Carr Beresford réussit à s'approprier la ville, mais le gouvernement qu’il établit est déchu le 12 août 1806 par une armée venue de Montevideo commandée par le français Jacques de Liniers (mieux connu en Argentine sous le nom de Santiago de Liniers).

En juillet 1807, une autre expédition anglaise commandée par John Whitelocke s’en prend à Buenos Aires, mais ses habitants et la milice urbaine, avec l’aide du français Liniers, repoussent l’invasion.

Le 25 mai 1810, Buenos Aires acquiert son indépendance.Vers le milieu du XIXe siècle les Argentins décident de reconstruire Buenos Aires, une ville sous-développée, dans le but de faire la ville « aussi bien que Paris ou même mieux » dans le cadre d’un modernisme imposant. En 1884, le Congrès de la république, sous l’autorité du président Don Torcuato de Alvear, autorise le tracé de l’avenida de Mayo qui reliera les places de Mayo et de Congreso. C’est le début d’un Buenos Aires moderne et moderniste, une ville qui reflète bien l’image d’une Argentine qui vit son époque d’or et d’une ville sous développée, en ville européenne moderne.

Par ailleurs, à la fin du XIXe siècle, la construction de chemins de fer permet à Buenos Aires d'accroître sa puissance industrielle, les matières premières coulant à flot dans ses usines. La ville devient ainsi une grande métropole multiculturelle

À la suite de la réforme de la Constitution argentine de 1994, Buenos Aires se dote de sa propre constitution et d'un gouvernement autonome.

quartier san telmo

San Telmo, le quartier le plus ancien de la ville. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

lezama parc

Le parc Lezama. Ici se trouvaient les premières fondations de Buenos-Aires. Une statue à la gloire des navigateurs et de Pedro de Mendoza y est présente. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

église de rosario

Église de Rosario, la plus vieille église de la métropole argentine. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

cabildo

Cabildo, le bâtiment le plus ancien toujours sur pied à Buenos Aires. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

avenue du libertadeur

Avenue du Libertador, l'une des plus belles avenues de Buenos Aires. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

monument spain

Monument à l'Espagne, la mère-patrie. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

palermo chico

Quartier Palermo Chico, l'un des plus prestigieux secteurs de Buenos-Aires. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

cordoba 3200

Bâtiment imposant au 2300, avenue Cordoba. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

Partager|