Le Congrès

Au bout de l’avenue du Mai, dans une perspective qui rappelle celle de Washington, le massif palais de Congrès se dresse vis-à-vis de la petite Casa Rosada.

Construit entre 1897 et 1906, le Palais du Congrès de la Nation argentine est un vaste et imposant complexe conçu par l’architecte Vittorio Meano dans le style gréco-romain (courant de l’académicisme italien).

C’est dans le Congrès de la Nation argentine que se déroulent les activités du pouvoir législatif de la République argentine.

L’édifice est situé dans le carré limité par l’avenue Hypolito Yrigoyen, l’avenue Rivadavia, la rue Combate de Los Pozos et la rue Entre Ríos. L’entrée principale, appelée Entrada de Honor (Entrée d’honneur), est située rue Entre Ríos.

En février de 1895, le gouvernement fédéral lance un concours international de projets du siège du parlement. Au total, 28 projets sont présentés. L'œuvre est adjugée à l’architecte italien Vittorio Meano et en 1897, les travaux débutent, c’est l’entreprise en constructions Pablo Besana y Cía. que a l’honneur de construire le Congrès. L’architecte Victor Meano est assassiné cependant en 1904 et la finalisation des travaux est confiée à l’architecte belge Jules Dormal.

Le dôme de l’édifice est de 80 mètres de hauteur. Sa construction implique des travaux d’ingénierie considérables, étant donné qu'il faut supporter la superstructure de la coupole centrale. Les hauteurs des façades varient de 27,50 mètres au niveau de la rue Hipólito Yrigoyen jusqu’à 23,60 mètres au niveau des rues Entre Ríos, Rivadavia et Combate de los Pozos.

Le palais du Congrès est inauguré le 12 mai 1906 par le président Figueora Alcorta, alors que les travaux étaient encore loin d’être terminés.

On peut visiter le Congrès de la Nation en semaine. La visite dure environ une heure et est gratuite. La station de métro « Congreso » (ligne D) dessert la place du Congrès (Plaza Congreso) dans l’axe de l’avenida de Mayo.

congrès

Le dôme du Congrès a une couverture de cuivre qui, au fil du temps et à cause de l'humidité, est devenue verdâtre (vert de gris). Photo : © Univers.GrandQuebec.com

façade congreso calle combate de los pozos

La façade qui donne sur la rue Combate de los Pozos. Derrière le grillage de la façade située rue Pozos on trouve deux portes supplémentaires, de chaque côté du corps saillant en forme d'hémicycle de la façade. Ces portes sont forgées artistiquement et flanquées par des cariatides de bronze. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

congreso fuente

Aux côtés de l'escalier de l'entrée principale se trouvaient jadis deux groupes de sculptures de l'artiste Lola Mora, qui symbolisaient la Liberté, le Progrès, la Paix et la Justice, mais les sujets dénudés furent critiqués et les statues retirées en 1916.Photo : © Univers.GrandQuebec.com

libertad congreso

Les principale pièces et salons s’articulent au rez-de-chaussée autour du Salon Azul et de la Salle des pas perdus, comme la chambre des députés, la chambre des sénateurs ou encore d’une bibliothèque. Le tout étant décoré par de nombreuses œuvres artistiques, comme les sculptures de Zonza Briano. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

congres de buenos aires statue

La statue de la Liberté et la coupole du Congrès. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

fronton

Derrière le fronton se trouve une plateforme ornementée. Sur celle-ci se trouve un quadrige, une œuvre de bronze de 8 mètres de hauteur et d'un poids de 20 tonnes, réalisée par le sculpteur Victor de Pol. Conduite par la Victoire ailée, la char est tiré par quatre chevaux, symbolisant la république triomphante. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

Partager|