Communauté juive en Argentine

L`Argentin a été et est encore, une terre d’accueil importante pour la communauté juive, rien qu’à Buenos Aires on retrouvera environ 70 synagogues dans toute la ville et un Mac Donald Kasher.

Les premiers juifs sont arrivés en Argentine après 1810, originaires en grande majorité de France. Une seconde vague a lieu au milieu du XIXe siècle, dans cette occasion, un groupe de Juifs d’Allemagne, mais il n’y en avait qu’une centaine de Juifs en Argentine vers 1870.

C’est en 1888 que débarquent les premiers colons agriculteurs juifs en provenance de la Russie et de l’Allemagne. Ce sont ces colons qu’on appellera les gauchos juifs. Ils fondent la ville de Moisesville dans la province de Santa Fe. Ensuite, en deux ou trois années, la population juive  en Argentine atteint hommes, femmes et enfants. À partir de 1890, le gouvernement argentin met en pratique la politique de prendre en charge le cout du voyage. Les colons arrivent par milliers, y compris des dizaines voire des centaines de représentants des communautés juives de Roumanie.

D’ailleurs, en 1891, la Jewish Colonization Association, une association philanthropique du Baron Moritz von Hirch finance l’émigration juive vers le Nouveau Monde, notamment en Argentine. Toutes comptes faits, on estime que vers la fin du XIXe siècle, la communauté juive en Argentine comptait plus de 22 mille Juifs. Un premier quartier juif est alors créé dans le secteur de Tribunales, ou s’ouvrent magasins de tissus, habits, joaillerie. C’est dans ce quartier que la première synagogue Le Templo Libertad s’ouvre en 1897. Une ville intellectuelle juive se développe dans les cénacles et des clubs de Buenos Aires, encouragée par une volonté farouche de réussir. Avec l’aide de l’université de Buenos Aires, la collectivité israélite invite le plus illustre de ses fils, Albert Einstein, à séjourner deux mois en Argentine en 1925 et à prononcer sept conférences sur la relativité à la faculté des sciences, qui occupe le prestigieux « îlot des Lumières ». C’est la revanche sur les pogroms européens.

En 1920, le nombre de Juifs en Argentine atteint 120 mille personnes, et dans les années 1930, environ 40 mille juifs allemands y débarquent, fuyant des horreurs du régime nazi. À partir de la fin de seconde guerre mondiale, l’émigration juive décroit.

Dès le XXe siècle, malgré les explosions d’antisémitisme de la « Semaine tragique », les juifs, dans l’ensemble se sentent intégrés et trouvent en Argentine une patrie que la Russie et la Pologne leur ont refusée.

Aujourd’hui, on estime que la population juive en Argentine est d’environ 300 mille personnes, dont environ 170 mille sont résidents de Buenos Aires et ses environs. Les villes de Rosario et de Córdoba sont deux autres villes où y résident environ 25 mille Juifs. À Buenos Aires, la communauté juive est fortement présentée dans les quartiers de Once, Abasto, Villa Crespo, Belgrano et de Barracas. Au total, 70% des Juifs sont ashkénazes et 30 % séfarades.

synagogue de buenos aires temple liberté

Le Temple Liberté (templo Libertad), synagogue située dans la calle Libertad sur la Plaza Lavalle, la plus ancienne des synagogues de Buenos Aires, ouverte en 1897. Photo : © Univers.GrandQuebec.com

Voir aussi :

Partager|